Plaques d'Identite Allemande

Les Plaques d’Identité Allemande des origines à 1918...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un artilleur de la Garde à pied un peu trop bavard...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
minen



Messages : 304
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: Un artilleur de la Garde à pied un peu trop bavard...   Lun 7 Jan - 9:43

Bonjour,

Voici le livret d'un artilleur à pied.




Howard Ouade est né le 13 juin 1889 à Seeholz. De confession protestante, il exerçait la profession d'agriculteur. Il est incorporé en 1909 à la 2e batterie du Garde Fuss Artillerie Regiment.



D’octobre 1909 à mai 1910, il suit sa formation initiale propre aux artilleurs puis complète sa formation à l’école d’artillerie de Juterbog jusqu’en mai 1911.



Il prête serment le 25 septembre 1911.



Il est mobilisé le 5 août 1914 au sein du 2 Garde Fuss Artillerie Regiment et connaît ses premiers combats avant d’être blessé le 18 septembre 1914.



Jusqu’à sa blessure, il a combattu en Belgique : Strassenkampf in Löwen, Schlacht bei Mecheln, Schlacht bei Termonde puis en France dans l’Aisne à Noyon. C’est là qu’il est blessé par projectile d’artillerie à la jambe gauche (l. B. : linke Bein).



Il sort de l’hôpital le 28 janvier 1915 et reste en réserve au Ersatz Bataillon du 2 Garde Fuss Artillerie Regiment (extrait de son Soldbuch).



Le 28 octobre 1915, il est muté à la 1ère batterie du 28 Fuss Artillerie Bataillon.



Il reste dans cette unité jusqu’au 2 mars 1916, date à laquelle il est muté au Fuss Artillerie Regiment 8. Durant cette période il effectue un autre « séjour » en hôpital pour des raisons qui ne sont pas précisées dans le livret.



Le 22 janvier 1917, il est de nouveau admis en hôpital (Feldlazarett 276) en raison d’une inflammation à l’œil (iris) gauche : « wegen Regenbogenhaut entzündung (abrégé entzd.) links dem Feldlaz 276 überwiesen ». Au cours de l’année 1916, il combat sur le front de l’Yser jusqu’au 20 septembre 1916 puis dans le secteur de Verdun.

Au début de l’année 1916, il écope d’une punition : « 1 Stunde Strafe(… ?) in feldmarschmässigen Anzuge, weil er im Gliede gesprochen hat. Verhängt durch Oberleutnant und Batterie Führer, Verbüsst am 18.3.16. » (Le 18.3.16, punition de 1 heure de marche en tenue de campagne complète parce qu’il a parlé dans les rangs. Ordonné par le lieutenant et chef de batterie Meiereis, purgée le 18.3.16.)



Sorti de l’hôpital le 1er mars 1917, il retourne dans son unité.



Il retourne sur les champs de batailles, dans l’Aisne, en Champagne, à Reims et sur le Chemin des Dames.



Le 23 juillet 1917, il sera admis en hôpital en raison d’une intoxication par gaz (Gaz wergiftet) au nord du Chemin des Dames, entre Ployart et Bièvre. Il ne retournera pas sur les champs de bataille et sera démobilisé début décembre 1918.


Stephan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un artilleur de la Garde à pied un peu trop bavard...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tambour de l artillerie a pied de la garde
» BAILLOT - Caporal - Artillerie à pied - GARDE IMPÉRIALE -
» LIGNON (Jean) - Sergent -Artillerie à cheval GARDE IMPÉRIALE
» Régiment d'élite du génie
» L'éloignement de la mosquée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plaques d'Identite Allemande :: Militärpass et Papiers Personnels :: Militärpass et autre papiers-
Sauter vers: